L'Académie des Sciences de Bordeaux honore les Amis des Moulins

Le 18 décembre, à l'occasion de sa séance solennelle, L'Académie des Sciences, Lettres et Arts de Bordeaux a décerné son "Prix de la Fondation du Patrimoine" à l'Association des Amis des Moulins de Lot-et-Garonne. Cette distinction récompense l'action de l'association au profit de la Télégraphie Aérienne Chappe dans notre département, et la publication de l'ouvrage de Jean-Pierre Volatron sur ce thème.
C'est la récompense d'un engagement qui persévère depuis quelque douze années, particulièrement réussi cette année à l'occasion de la Journée Nationale Chappe du 1er juin, organisée en collaboration avec le Conseil Général et la Délégation Départementale de la Fondation du Patrimoine. Simultanément ce prix atteste, si besoin était, le bien-fondé de ce combat.


Photo ADAM.


La Télégraphie Chappe est née en pleine tourmente révolutionnaire, du besoin vital de communiquer rapidement, pour sauver "la patrie en danger".
Des "stations télégraphiques" concrétisent les "lignes" reliant Paris aux frontières et aux grandes villes. Positionnés sur des points hauts à vue les uns des autres, les bras articulés des télégraphes transmettent les informations codées en signaux.
Progrès considérable par rapport au courrier à cheval qui l'a précédé, le Télégraphe Chappe initie en matière de communication la chaîne ininterrompue d'inventions, dont les derniers progrès baignent notre quotidien. Adoptée ou imitée par l'Europe et au-delà , concrétisée en France par 550 stations échelonnées sur 5 500 km de lignes, elle fonctionnera soixante ans, avant de céder la place à la télégraphie électrique Morse.

Rares au plan national, les vestiges sont pourtant exceptionnels dans notre département : six stations subsistent des douze qui jalonnaient le passage de la Ligne du Midi reliant Bordeaux à Avignon. Et Agen eut rang de Station Directrice. Cette chaîne ininterrompue de six stations constitue une portion entière de ligne, cas unique en France.
Ce sont de modestes tours, menacées de disparition pour certaines, confondues bien souvent avec d'anciens moulins à vent qu'elles côtoient.

A leur intérêt patrimonial, s'ajoutent deux arguments en faveur de leur sauvegarde : l'un est "identitaire", l'autre "économique".
Identitaire , car le Lot-et-Garonne fut et demeure "terre de communication" : des buttes celtiques à cet usage, six stations Chappe, Agen première station radio régionale, un Régiment des Transmissions, l'Ecole Nationale des Transmissions, un philosophe, Michel Serres, mondialement connu pour ses travaux sur ce thème.
Economique : originales, très prégnantes dans le paysage dès lors qu'elles sont identifiables par leur mécanisme visible de fort loin, nos stations Chappe, de même que nos moulins à vent, constituent un potentiel irremplaçable au plan du tourisme.

Au monument des disparus du Patrimoine, la liste des victimes de l'indifférence est hélas fort longue. Il serait triste que s'y ajoutent nos stations Chappe, prémices du siècle de la communication qui est le nôtre.
Aussi, en cette période de souhaits et de bonnes intentions, le vœu des Amis des Moulins est clair concernant l'action qui leur vaut d'être honorés : voir enfin se concrétiser la première restauration de l'une des stations Chappe de Lot-et-Garonne.


Renseignements :
ADAM LG – le moulin du Gers – Route de Caudecoste – 47390 LAYRAC – contact@adam-lg.org – www.adam-lg.org